Effectuer une recherche sur le site

Robologistique : une série d’optimisations ou des modèles en rupture ?

L’attention accordée aux enjeux de la mobilité des personnes dans les médias et le débat public fait que les réflexions autour du transport de marchandises, sont souvent reléguées au second plan. Pourtant, la robotisation et l’automatisation sont deux tendances historiques et au long cours de la logistique, qui depuis le développement des premières machines, cherchent à rationnaliser ces process.

C’est donc sans surprise qu’on peut constater que ces technologies robomobiles sont déjà largement appréhendées par les acteurs de la logistique, car elles s’inscrivent dans cette trajectoire progressive d’automatisation, profondément ancrée dans la culture opérationnelle du secteur. Dès lors, la robologistique est-elle une grappe d’innovations incrémentales de plus, qui contribue à améliorer la productivité du secteur, ou une ressource-clé de l’émergence de nouveaux modèles économiques de la logistique, et au-delà.

C’est cette dialectique qui est discutée en introduction de ce parcours prospectif, avec un entretien de Philippe Gache (CARA), qui explore la question suivante sous plusieurs angles : « Robologistique : la course à l’optimisation mène-t-elle à un changement de modèle ».

La deuxième étape du parcours donne la parole à Dominique Rouillard, qui nous explique les raisons qui, selon elle, font que ce véhicule écologique et connecté aux qualités architecturales nouvelles et inédites pour la ville, porte en germe des ruptures pour la ville et le fonctionnement urbain.

Enfin, le parcours se conclut par une vidéo d’Olivier Fourcadet (ESSEC), où il fait un retour d’expérience, à travers la description d’un cas sur la mobilité des salariés. Dans ce zoom, il montre en quoi les évolutions de la mobilité des salariés sont avant tout la conséquence de changements liés à l’organisation du travail, la culture d’entreprise et au mode de management. Le parallèle peut être fait avec l’évolution des organisations logistiques, qui sont motivées par les changements de modèle industriel, les ruptures du marché, les changements venant des consommateurs, etc.