Effectuer une recherche sur le site

Un véhicule écologique et connecté aux qualités architecturales nouvelles et inédites pour la ville

Objet-icone de la société industrielle du XXe siècle, l'automobile s'est imposée comme le véhicule de référence dans les transports et le quotidien de centaines de millions d'individus à travers le monde. Le seuil du milliard de voitures a été franchi, et les Nations-Unies avancent une prévision d'environ 3 milliards d'automobiles à l'horizon 2050.  Si ces chiffres peuvent donner le vertige, ils masquent aussi des réalités très diverses, entre les véhicules de seconde, troisième, voire quatrième vie dans les pays en voie de développement, les berlines haut de gamme, les SUV, etc. Dans ce paysage, les VEC pour Véhicule Ecologique/Electrique Communicant, comme les désigne Dominique Rouillard, constituent une rupture évidemment technologique, mais surtout de son point de vue de concepteur-aménageur de la ville, une rupture architecturale de grande ampleur. En effet, dans l'Histoire de l'automobile, voire des transports, c'est la première fois qu'on a la perspective d'un mode performant, à la fois propre et silencieux, lent et en porte-à-porte (door-to-door), écologique et économique (car partagé). Dès lors, au-delà de l'autonomie de ces véhicules et du système de transports, c'est bien la combinaison de l'autonomisation et de ces nouvelles qualités architecturales, qu'il convient d'examiner ensemble, plutôt que séparément. C'est cette rupture qu'elle expose dans cette vidéo, et surtout en quoi elle ouvre un nouveau champ des possibles pour la ville du futur. 

 

VEC