Un contexte inédit

L'atelier prospectif de la vie Robomobile
AtelierProspectifRobomobile

La multiplicité des enjeux liés au développement et déploiement de la robomobilité, leur simultanéité et le fait qu’ils touchent aussi bien la vie quotidienne des individus, les stratégies des entreprises, l’équilibre des territoires et les enjeux de gouvernance des politiques publiques, rendent cette « grappe d’enjeux » inédite, par son envergure, sa puissance et sa transversalité :

  • enjeux industriels de soutien aux entreprises nationales, face à une concurrence internationale puissante et diversifiée ;

  • enjeux technologiques de soutien aux acteurs de la recherche et de l’innovation, dans des domaines d’expertise où la France peut jouer les premiers rôles ;

  • enjeux économiques de transformation du marché de la mobilité, avec une recomposition rapide de la structure du marché et l’émergence de nouveaux modèles d’affaires ;

  • enjeux financiers d’arbitrages entre la continuité d’un programme d’investissements déjà lancés et la nécessité de faire monter en puissance un nouvel écosystème d’infrastructures, d’équipements et de services, tout cela dans un contexte de finances publiques en tensions ;

  • enjeux sociaux d’accompagnement des secteurs économiques sur la transformation des métiers, les menaces sur l’emploi, les nouvelles opportunités de développement ;

  • enjeux techniques d’organisation des mobilités, de régulation des flux, de gestion intelligente des réseaux et trafics ;

  • enjeux environnementaux relatifs aux impacts en termes d’émissions de gaz à effet de serre, d’externalités négatives au sens large, dans un contexte où le champ des possibles concernant les usages et l’envergure du changement, est non seulement très large, mais également très incertain ;

  • enjeux de sécurité liés à la période de cohabitation entre différents systèmes de transports autonomes et non autonomes, cette période transitoire où les comportements individuels pourraient évoluer ;

  • enjeux d’accessibilité à ces nouvelles formes de mobilité, pour une cohésion des territoires, une réduction des disparités entre métropoles et espaces intermédiaires, une résorption des fractures entre régions dynamiques et territoires en déprise ;

  • enjeux éthiques sur le respect des libertés individuelles à l’ère du Big Data, l’utilisation de l’intelligence artificielle, la place des machines dans la société ;

  • enjeux de société, tant il apparaît que les modes de vie pourraient être radicalement bouleversés, sous l’effet combiné de plusieurs transformations sociotechniques, la robomobilité, étant une grappe parmi ces innovations ;

  • enjeux réflexifs sur la place et le rôle des acteurs publics, dans ces mutations et transformations à venir ;

  • enfin, des enjeux politiques, au niveau international, à l’échelle européenne, sur le plan intérieur, et dans les territoires, car la robomobilité touche à une composante fondamentale du contrat social entre l’Etat et les citoyens, du modèle économique de libre-échange et des modes de vie des individus

Face à ces enjeux, la puissance publique est amenée à définir et porter des politiques, alors que de nombreuses incertitudes demeurent, ce qui renforce le caractère inédit du contexte :

  • des incertitudes sur la technologie : le degré d’autonomie des véhicules, l’horizon temporel de maturité des technologies, la capacité d’interaction machine to machine / véhicule to véhicule, les systèmes de régulation dynamique et en temps réel des flux, etc ;

  • des incertitudes sur les usages futurs de cette robomobilité : transport individuel ou collectif, transport à la demande ou dessertes régulières, mode dominant ou optimodalité plurielle, droit à la mobilité pour tous ou hiérarchisation sociale, etc

  • des incertitudes sur le ou les modèles économiques de ce nouveau marché des mobilités, les nouveaux entrants : paiement à l’usage, forfait mobilité, offre marchande, brique d’une offre de transports publics, etc. ;

  • des incertitudes sur les impacts de ces nouveaux usages, nouveaux systèmes de transports, nouveaux modèles économiques de la mobilité, sur l’aménagement des villes, les formes urbaines, l’organisation de l’espace, les stratégies de localisation des ménages et des entreprises, etc. ;

  • des incertitudes sur les progrès et applications de l’intelligence artificielle et de la robotique, notamment les effets sur l’emploi et le travail ;

  • des incertitudes sur les conséquences environnementales de ces nouvelles formes de mobilité, avec une approche globale des filières, de la production des matériels et infrastructures, à l’usage des moyens de transports et leur recyclage.

La complexité des enjeux, leur transversalité, leur ampleur, combinées aux nombreuses incertitudes qui demeurent, rendent ce contexte inédit. C’est pourquoi, les fondateurs de l’Atelier, ont souhaité, dès le départ, ouvrir très largement le cercle des acteurs associés à cette démarche.

Catégorie